Kantor Imigrasi Mataram

Visa - au delà des limites | partie 2

A 5, le 11 à 9h30, on se pointe. Le décor n'a pas changé, l'inspecteur Derrick s'y sentirait comme chez lui. 

 

Au bout de l'attente interminable, le motif à carreaux du papier peint commence à imprégner nos esprits et nous basculons dans une autre dimension. A imaginer Caro dans le carreau du carreau du carreau, on s'enfonce dans une autre réalité. Côté fois quatre. Le périmètre est limité et on fait vite le tour. Les enfants tournent en carré. Côté fois côté, l'aire se restreint et s'emplit de la fumée âcre du cashier comptable qui tire sur sa gauloise dans son cagibi de verre. 

 

A

A 5, le 11 à 9h30, on se pointe. Le décor n'a pas changé, l'inspecteur Derrick s'y sentirait comme chez lui. 

 

Au bout de l'attente interminable, le motif à carreaux du papier peint commence à imprégner nos esprits et nous basculons dans une autre dimension. A imaginer Caro dans le carreau du carreau du carreau, on s'enfonce dans une autre réalité. Côté fois quatre. Le périmètre est limité et on fait vite le tour. Les enfants tournent en carré. Côté fois côté, l'aire se restreint et s'emplit de la fumée âcre du cashier comptable qui tire sur sa gauloise dans son cagibi de verre. 

 

A un moment qui ne se situe plus sur l'échelle du temps, on passe à la biométrie dont la règle est composée ainsi: ne pas bouger. Se tenir à angle droit. Présenter un doigt après l'autre. Attendre, toujours, dans une attente élevée au carré. Enfin au milieu d'un brouillard de prénoms du monde entier, prononcé à l'indonésienne, on parvient à reconnaître celui de carreau, enfin de Caro. 

 

Retour à la case départ, mais avec nos visas. On sort du cube par une face et on respire à plein volume. La suite s'écrira dans les limites du visa mais sur des chemins courbes dont nous avons la formule. 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    les H'NL (jeudi, 12 octobre 2017 16:35)

    Vous avez donc été mis à carreau tout en vous tenant à carreau.
    Nous les champions du fameux "choc de simplification" n'avons peut être pas de leçons à donner.
    La patience qui un temps fut perdue est semble-t-il de retour.
    Planche, oui, mais à repasser et puis l'âge venant, un équilibre quelque peu instable.

  • #2

    Céline Bach (jeudi, 12 octobre 2017 19:01)

    De quoi devenir maboule!

  • #3

    sebo (jeudi, 12 octobre 2017 20:38)

    en tout cas à la sortie ça fait un joli texte. Merci Manu