De l'arbre au caoutchouc


Par notre envoyée spéciale en Thailande Fabie


Aujourd'hui mercredi, cependant qu'un groupe se préparait à partir pour le baptême de plongée, nous enfourchions nos bicyclettes pour une balade dans une forêt d'hévéas. L'hévéa a été introduit en Thailande au début du 20e siècle. 

 

Maroo notre guide nous explique qu'il faut sept ans à cet arbre au tronc lisse pour être mature et livrer ses premières gouttes de latex. Il produira sept années durant avant de perdre ses feuilles et de mourir. 

 

Le latex est différent de la sève. Celle-ci assure la distribution de l’eau, des sels minéraux ou des sucres alors que le latex est plutôt impliqué dans les mécanismes naturels de défense de l’arbre. Il circule dans un réseau distinct de vaisseaux. 

 

La récolte s'effectue tous les jours à 5 heures du matin à la frontale à l'aide d'un drôle de couteau recourbé et bien  aiguisé. Il faut 1h30 à Maroo et son épouse pour entailler les 400 arbres de son exploitation. Un tiers du tronc est cultivé laissant en jachère les deux autres pour les années futures.

 

Une plantation de 400 arbres livre 100 kg du précieux liquide par semaine et rapporte ainsi 15 euros au propriétaire et 15 à l'exploitant. Le latex ainsi collecté par la coopérative est laminé et séché avant d'être expédié pour utilisations multiples. 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    les HNL (jeudi, 28 décembre 2017 20:45)

    Des élèves attentifs, de futurs explorateurs (trices) des fonds marins. un grand merci au rédacteur. Nous les vieux, nous restons attachés à nos gilets oranges....
    Une envoyée spéciale venue de loin qui nous emmène dans l'univers du latx- qui est loins d'être le vulgaire caoutchouc. L'information est détaillée...

  • #2

    papiloumarck (vendredi, 29 décembre 2017 09:21)

    Ah le latex !
    ... qui aura cassé en grande partie le business de nos cigognes !
    Plus d'une s'est retrouvée au chômage !