Canards boiteux


Une fantastique épopée du WEF par Day


Bienvenue pour ce point à presque fin de parcours de la course à la race du boulet du WEF.

 

Bien avant le départ, Day avait annoncé la couleur en se plaignant de maux de dos et de moral général en berne. Ce beau départ ne semblait pas avoir motivé grand monde, mais grâce à Nath et ses douleurs pectorales, la compet’ était enfin lancée, et ce même avant le départ. Le ton était donné !

 

Toujours avec un temps d’avance, Day décide de démarrer le WEF en trombe et annonce la grippe le jour du départ. Quel talent ce Day ! Il prend logiquement la tête à la race.

 

Le groupe est maintenant à Phuket, le lieu paradisiaque n’aide pas à se motiver, et Day (encore lui !) donne le tempo. Une nuit avec des maux de ventre lui donne encore de l’avance. Vexé, le reste du groupe sent la compet’ lui échapper. Un match de foot contre une sélection du reste du monde va donner à Régis et Manu l’occasion idéale pour briller. Déchirure de la cuisse pour Régis, cheville tordue pour Manu suite à un contact avec un perfide anglais. Journée réussie, Manu et Régis reviennent à hauteur de Day et pour l’honneur, le match de foot est gagné !

 

Ce bel exploit à deux donne des idées à Caro qui se lance de la plus belle des manières. Nuit blanche, maux de ventre, et surtout un malaise vagal magnifique lors de la visite de la plantation d’arbres à caoutchouc. Elle prend logiquement la tête, d’autant que Day décide de quitter la compétition suite à une remarque désobligeante de Nathalie : « Day, il est pas chiant quand il a la grippe ». Il en restera là pour le reste du séjour.

 

Le changement d’air vers Krabi démotive pas mal de monde et c’et le calme plat pendant plusieurs jours. Manue tente bien une légère panique en cachant elle-même les passeports des Brice mais personne n’est dupe. Elle n’est tout simplement pas au niveau. Le speed-boat et son skipper idiot fournira à Nath une occase de briller avec quelques douleurs mais rien n’y fait, pas assez motivée, elle laisse Caro en tête.

 

Une fois sur Koh Jum, tout le monde semble résigné. Caro et son malaise vagal sont trop forts. Fabie tente tout de même une sortie de route en scooter qui aurait pu valoir cher au classement. Mais mal préparée, l’opération est un fiasco. Un retournement de situation allait pourtant tout remettre en cause. Le poulet avarié, spécialité de l’île, permettait à Lola, Marie, Laure et Jo un inattendu tir groupé. Tout est relancé !

 

Vexé que la famille Moyne n’ait rien fait depuis le début du séjour, Berny prend les choses en main, et réalise un incroyable coup d’éclat auquel personne n’avait pensé dans ce lieu pourtant propice : l’insolation. Fièvre de cheval et une journée au lit lui permettent de coiffer Caro sur le fil. Berny ne se couche qu’une fois, mais quel couché !

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    MOP (jeudi, 04 janvier 2018 14:56)

    Je m’disais bien que vous aviez échappé à toute maladie...Est-ce l’effet de groupe qui réduit la vigilance? Reportage très cocace sur cette avalanche d’accidents, preuve que vous avez toujours une bonne dose d’humour. Bon rétablissement à tous!!

  • #2

    les HNL (jeudi, 04 janvier 2018 16:26)

    It's not a happy Day.
    Quelle épopée! Il y a des compets auxquelles il est bon d'assister en tant que spectateurs.

  • #3

    Bach Céline (vendredi, 05 janvier 2018 16:03)

    Bizarres vos olympiades des éclopés ! Moi je dis "bravo" aux résistants ;○) et "courage" aux ratatinés, on pense à vous.

  • #4

    Didier (dimanche, 07 janvier 2018 20:17)

    Caro, malaise vagale? ppffuuu j'y crois pas :-)

  • #5

    Mehdi (mercredi, 17 janvier 2018 03:14)

    Magique cette compétition ! Et quelle plume ! Le suspens du récit est haletant, ne laissant apercevoir l'issue que dans les toutes dernières lignes. Les JC Grangé, F Vargas et autres S King peuvent se rhabiller, les Coqs prennent le contrôle.
    Vous m'aurez bien fait rire !
    Bon rétablissement à tous les malades & autres estropiés, et bonne suite d'aventure surtout.