Koh Lanta

Après la folie des fêtes, notre sac à dos semble bien lourd. A moins que ce ne soient nos coeurs. 

 

Un bateau de bois vient nous chercher sous la pluie. Nous laissons derrière nous la baie de Banyan, Bella la chienne les pattes dans l'eau et le souvenir des 12 gamins qui ont couru sur cette plage.

 

Le "longue queue" doit nous convoyer en mer jusqu'au point de ralliement du ferry: transport régulier qui nous mènera à la mythique Koh Lanta. Mais le ferry ne vient pas. Nous attendons donc - non pas au milieu de nulle part, mais au large quand même - sous une pluie battante, un bateau qui devrait arriver on ne sait quand à cet endroit qu'on ne saurait définir. Nous renonçons à consulter le marin en charge. Nous savons à présent que les thaïs répondent exactement ce que nous voulons entendre, peu importe le rapport de la réponse avec la vérité.  Alors on attend, c'est tout. Les enfants ont la délicatesse de ne pas poser la question qui tue: "on arrive quand maman?". 

 

Milo et Manu luttent contre la fièvre, les corps sont éprouvés par les virus venus du froid. Comme nous tombons encore en période d'incubation du paludisme présent à Flores, nous surveillons de près l'évolution de la température. Deux heures plus tard, le ferry finit par arriver. Il est déjà bondé. Lola commente: "je préférais quand on n'était plus des backpackers"! Comprendre: des voyageurs au long cours soucieux de leur budget. Il faut bien reconnaître que le bateau privé était plus confortable... 

 

A Lanta ("Koh" veut simplement dire "île"), nous avons réservé une hutte (de backpacker) qui se révèle être une adorable cabane sur la plage. On se débarrasse des restes de nourriture: "les rates sentent le moindre bonbon et attirent les serpents" prévient l'affichette. Tous les restes, sauf le nutella. Faut pas pousser quand même.

On pose nos sacs et on fait descendre les fièvres. Ceux qui le peuvent ramassent les Bernard l'Hermite (avec une pensée pour notre Berny) et James Le Rapide, Pierre l'Eclair et Choubidou du Tonnerre s'affronteront dans une course de crustacés dans merci. 

 

Demain, on enfourchera un scooter pour explorer l'île. Mais demain, seulement. 

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    les HNL (lundi, 08 janvier 2018 12:24)

    Un peu de neige sur le rebord de la fenêtre et on se croirait au fin fond de la Russie avec le minois de Anna.
    Pour montrer à zia que la date de votre retour est proche, je lui montre le calendrier. Peine perdue, elle ne sait lire que la langue des chats.
    Changement de stratégie: nous comptons ensemble le nombre de sachets de nourriture d'ici la fin du mois....J'ai l'impression que le message passe mieux, elle miaule.
    Bon rétablissement aux coqs de la basse cour.

  • #2

    Emmanuelle, Noah, Amandine (lundi, 08 janvier 2018 13:59)

    Bonjour les aventuriers
    Nous vous souhaitons tous nos meilleurs voeux pour cette nouvelle année qui commencent pour vous sous le signe de l'aventure.
    Nous pensons fort à vous.
    Amandine, Noah et Emmanuelle

  • #3

    St-O (lundi, 08 janvier 2018 20:46)

    Coucou la famille coq,
    Bon repos et ressourcez vous pour profiter de votre île.
    nous sommes toujours avec vous par la pensée à défaut d'avoir pu rester avec vous.
    Pour ne pas dénoter, ce midi c etait riz à la cantine :)
    big bisous

  • #4

    les HNL (mardi, 09 janvier 2018 10:02)

    Faites attention aux mets que vous mangez, ils ont des effets secondaires spectaculaires....à surveiller cette soudaine poussée de poils et de cheveux.

  • #5

    Lilou (mardi, 09 janvier 2018 16:28)

    Rohhh, est-ce que les Bernard L'Hermite sont aussi gros que ceux de Koh Pu?