Cuillère, fourchette et sac-à-dos

Quand on est pas dans notre assiette, on sait qu'un bon gueuleton peut nous mettre du baume à l'âme. 

Nous quittions il y a peu notre cher fromage et notre pain quotidien avec le sentiment de se retrouver à poêle.

 

Mais l'aventure est aussi dans la gamelle. Nous étions venus pour voir l'homme des bois: orang-outan en langue locale, nous avons découvert l'homme des cuisines à travers la gastronomie du Sarawak dont nous n'avions aucune idée.

 

Guidés par la faim, armés de nos couverts cuillère et fourchette (le couteau n'a pas sa place à cette table), nous explorons la jungle urbaine et ses food-courts. 

Nous défrichons les cartes et ses plats aux noms inconnus. De nouveaux territoires s'offrent à nos papilles aguerries par nos expériences précédentes. 

Ici un "umai": sorte de ceviche ultra pimenté ne résiste pas à l’appétit vorace de Lola. Là une sorte de chips géant garni d’huîtres (photo) qui ne fait pas le poids devant le coup de cuillère de Milo.

 

Nous découvrons ici une cuisine métissée savoureuse. A l'intersection entre les saveurs indonésienne, thaï et chinoise, les goûts sont nouveaux, les repas sont variés, raffinés et équilibrés. Du riz bien sûr, avec souvent du poulet ou du poisson, accompagnés au minimum de trois légumes ou feuilles, tout cela à prix très doux... 

 

Nous savons que cet Eden gastronomique prendra fin dès mercredi quand nous prendrons la route vers le Pacifique. Là bas ce sera une autre histoire...

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    les HNL (dimanche, 30 juin 2019 18:47)

    Une belle déambulation culinaire et rafraichissante..avec le sourire.
    OUF!!!!!