Le bestiaire de Milo - T comme Tortue


Partie scientifique

 

Il existe plusieurs espèces de tortues, certaines sont marines (les tortues "grosse-tête") et certaines sont terrestres "les tortues géantes des Galapagos". On dit que les tortues sont très lentes, en effet, leur carapace et la forme de leurs pattes les ralentissent. Les tortues peuvent pondre une centaine d’œufs. Elles peuvent manger des plantes, par exemple des géraniums, des roses et des pissenlits. Les tortues marines mangent essentiellement des algues et des céphalopodes.

 

Ma rencontre

 

J'étais en Equateur aux Galapagos sur l'île d'Isabela, je faisais du snorkeling dans un lagon protégé par la barrière de corail. Les tortues marines étaient là, posées sur le sable, elles nous regardaient avec leurs gros yeux; c'était émouvant. Plus tard, j'ai rencontré la tortue terrestre au détour d'un chemin cette grand-mère semblait pleine de sagesse. On l'a observée longtemps. 



1 commentaires

Triangle d'or


La photo d'Anna est prise sur le Mékong à la frontière entre Huay Xai au Laos (à droite de la photo mais sur la rive gauche du fleuve) et Chiang Khong en Thailande (à gauche de la photo sur la rive droite du fleuve). La frontière est ouverte depuis 2013 (traversée en bateau) mais le pont-frontière visible sur la photo date de 2015. Huay Xay, côté Laos constituait un centre d'expédition d'opium durant la guerre. Nous avons navigué depuis Luang Prabang indiqué sur la carte. 

 

A partir de Chiang Khong, le Mékong sert de frontière: si on continue sur la rive droite, on se retrouve en Chine, sur la rive gauche, après la Thailande, c'est la Birmanie. 

Retrouvez tous nos articles sur le Laos ici.

3 commentaires

Au temps du Laos

Il est quatre heures du matin quand retentissent les bruits sourds du tambour. On se dit alors que le moine qui officie au gong a la main lourde, ou qu'ils y ont collé le plus costaud. Le roi du gong (à traduire en anglais pour la blague) qui nous sort de notre sommeil annonçait tout autre chose.

 

C'est bien sûr! Nous sommes le 2 Décembre, jour de fête nationale (une de plus à notre actif). Il y a quarante deux ans, le 2 Décembre 1975, le roi abdiquait et nous avons choisi ce jour pour filer comme jadis le nôtre s'enfuyait à Varennes. Pour carrosse nous empruntons un "long boat" et suivons la voie du Mékong. Notre aventure ne connaîtra fort heureusement pas la même issue que celle de Sire Louis XVI.

 

Elle se poursuivra en Thaïlande pour connaître son épilogue. En attendant, on laisse défiler la bobine des images qui déroule des paysages intacts. On remonte le cours du fleuve et du temps. Le Laos nous ouvrait sa frontière il y a un mois. Dès lors le temps n'a plus compté et a même ralenti jusqu'à inverser son cours pour nous ramener en Indochine où Luang Prabang étalait son raffinement. 

Mais le drapeau rouge qui flotte au vent ce matin, au côté du drapeau Lao nous rappelle que le temps des colonies est révolu. Le peuple Lao se souvient aujourd'hui du prix qu'il lui en coûtât. Pour les français d'alors c'était encore une histoire de fuite. Notre exil, lui est consenti, nous laissons un beau pays et des habitants discrets cernés par de puissants voisins (la Chine) qui le sont beaucoup moins. Là l'Histoire reprend son cours, quand celui du Mékong s'en trouve ralenti, dévié, maîtrisé par des ouvrages d'art qui marquent l'entrée dans une nouvelle ère. 

 

Il faudra bien deux jours de navigation pour nous ramener à une autre réalité où la lenteur n'est plus une vertu. 

3 commentaires

Tuktuk

- Je vous dépose? 

1 commentaires

Mekong

Deux jours de navigation sur le Mékong nous conduisent de Luang Prabang à la frontière du Nord avec la Thailande. Paysages karstiques et buffles roses truffent notre lente progression, magnifique promenade de deux fois dix heures...

 

Après ce long voyage, le temps de remplir les formalités d'immigration (grâce au visa en poche çà va plus vite), et ce soir, nous dormons en Thailande. 

1 commentaires

Le troisième bleu

Il y eut d'abord le bleu du ciel, intense et profond, juste au dessus de nos têtes au lac Titicaca.

 

Sur l'île du soleil, ce bleu roi ne souffrait aucune concurrence. Aucun nuage ne se permettait de le remettre en question: il régnait en maître incontesté sur le paysage andin. Franc et puissant, c'était le bleu le plus fort. 

Vint ensuite le bleu de la mer, juvénile et mutin des îles du Pacifique.

 

Un bleu joyeux dans lequel j'entends encore les enfants s'éclabousser et rire. Un bleu que crevait çà et là une petite tête verte de tortue marine. Un bleu que sciait le vol des raies. Ce bleu ci nous surprenait tous les matins de son impertinence. 

Et voici aujourd'hui le troisième bleu.

 

Ici, au Laos, dans les cascades de Luang Prabang. Bleu vert, à moins que ce ne soit un vert d'eau. Pur et discret, volant d'un bassin à l'autre dans cette terre argileuse géométriquement agencée, ce bleu givré nous fait glisser dans les cascades. Dans cette improbable palette fraîche se baigne le gris des éléphants. Nous ne nous attendions pas à ce bleu là, doux et glacé au milieu de la jungle. 

8 commentaires

L'hebdo d'anniversaire de Lola

Hier, mardi 28 Novembre 2017, c'était mon anniversaire. On s'est super bien amusés.

 

On a commencé la journée par un petit et doux réveil agrémenté de nutella au petit déjeuner. Nous sommes allés ensuite brosser les chevaux mongols avec Manon, la monitrice d'équitation. Puis soudain, le soleil se dévoile! C'est l'occasion inespérée de faire un plouf dans la piscine suivi d'un petit moment dessin. 

 

Vint ensuite l'heure de notre apéritif devenu un rituel. Le repas arrive mais je n'ai pas mangé grand chose pour bien me laisser de la place pour le dessert...

 

Je suis ensuite allée me réchauffer au coin du feu et enfin Milo m'appelle! Je me précipite dans la cuisine: les lumières sont éteintes! Tout le monde commence à chanter pour moi!! Je vois le gâteau arriver: qu'il était beau, je prends de l'air pour souffler ma bougie écrite en Lao (voir photo ci-dessous). Le gâteau était encore plus bon que beau: miam! 

 

Papa nous raconte ensuite une histoire de fée au coin du feu quand une lanterne chinoise vint vers moi. Ce fut la dernière surprise, nous la lançâmes vers le ciel, c'était la dernière petite lueur de ce jour si particulier. 

 

Pour mon cadeau, j'ai demandé une nouvelle séance de tyrolienne en famille, tout le monde en a bien profité! 

 

9 commentaires

Le pays au million d'éléphants

Le Laos est aussi connu comme le pays au million d'éléphants. Il eut été étonnant de ne pas en croiser sur notre route... 

 

Le papa de Bouba, la petite oursonne abandonnée a bien expliqué aux enfants que les éléphants sont des animaux sauvages. Quand nous pouvons les approcher, c'est qu'il y a eu un problème à un moment donné, probablement dressage musclé, voire torture.

 

Notre première rencontre est mitigée, nous assistons par hasard et sans y avoir été invités biensûr à une séance de redressement au crochet. L'éléphant recule devant le minuscule mahout (dresseur) puis crie de peur. Milo ne s'en remet pas.

 

Un éléphant en captivité coûte environ 1000 dollars par mois en nourriture et soins... il doit donc être rentable et travailler en promenant sagement des touristes. 

 

La décision est prise, nous ne les monterons pas. Nous irons les voir en Thailande dans un centre de soin pour éléphants recueillis.

 

Nous participerons ainsi à leur convalescence et guérison. 

7 commentaires

Dans la jungle

5 commentaires

Confidence

- tu sais, parfois j'ai des remords... tout le monde nous imagine confrontés aux pires difficultés, et nous sommes là à siroter notre cocktail.. 

- t'inquiète, ça reste entre nous...

4 commentaires

L'offrande aux moines

Les moments de ferveur religieuse m'émeuvent, il en émerge une confiance collective qui me touche, quelle que soit la religion concernée.

 

Raison pour laquelle je me lève ce matin à 6 heures, heure des offrandes aux moines. Plusieurs centaines de moines bouddhistes sortent des temples à l'aube pour récolter auprès des habitants de la ville le riz qui les nourrira aujourd'hui. 

 

C'est sans compter sur les cars de touristes chinois qui débarquent, troublant sans vergogne la sérénité de l'instant. Les guides les déguisent, ils achètent le riz à des vendeurs opportunistes et simulent l'offrande à grands renforts de cris, rires et biensûr, selfies. Grotesque et navrant. Je me recouche. 

3 commentaires

Le bestiaire de Milo - S comme Serpent tricot rayé


Partie scientifique

 

Les tricots rayés sont des serpents marins du genre laticauda de Nouvelle Calédonie. Ils passent la moitié du temps dans l'eau et l'autre sur terre. Serpents au venin mortel, leur morsure équivaut à dix fois celle du cobra royal. 

 

Ma rencontre

 

J'étais en Nouvelle Calédonie sur l'île des Pins, nous marchions sur le chemin bordé de pins. Lola avançait quand soudain elle sursauta car elle avait failli marcher sur un tricot rayé d'un mètre de long! Nous n'étions pas rassurés mais nous avons quand même pu l'observer et le prendre en photo. 



2 commentaires

Luang Prabang

2 commentaires

Nuit au musée

Après avoir retardé l’échéance, anxieux d'affronter la réputation tortueuse de la route qui nous attendait, nous avons enfin comblé le reste de distance qui nous séparait encore de la célèbre Luang Prabang. 

 

Nous passons les quatre heures de route à contempler les paysages sublimes où la jungle dégouline des rochers comme la crème anglaise nappe les montagnes de fraises. Après des semaines de voyage, on croit pouvoir comparer, faire appel à notre mémoire et rapprocher deux panoramas comme pour se rassurer et ne pas avoir à affronter un nouvel inconnu. Mais rien n'y fait, nous sommes surpris à chaque fois. Les tableaux et l'atmosphère, à nouveau, sont complètement différents.

 

Le contraste est saisissant entre les brutales déchirures des reliefs et la vie qui s'écoule paisiblement. Nous sommes emportés par ce courant nonchalant, sans avoir - il faut l'avouer - fait preuve de forte résistance. 

 

Nous traversons des plantations d'orangers et doublons nombre d'échoppes où des pyramides de fruits sont veillées par le cône d'un chapeau Lao. 

 

Est-ce le fameux cap des six mois bien connu des voyageurs au long cours? Ou l'ambiance de ce pays en particulier qui nous apaise? La frénésie presque boulimique de découverte laisse place à la douceur de l'instant. Nous ne planifions presque plus rien. Nous voguons au gré des occasions et en oublierions presque le jour et la date. 

 

Puis c'est l'arrivée à Luang Prabang, ancienne capitale royale située à la rencontre des fleuves Mékong et Nam. Joyau de cité, elle est aujourd'hui classée par l'UNESCO et fait cohabiter maisons coloniales restaurées et temples bouddhistes dans un chic subtil. La chaleur torride de l'excessive Vang Vieng a laissé place à un climat plus tempéré, comme pour mieux s’accommoder à l'exquise délicatesse des lieux. Silence: contemplation en cours. 

 

Séjourner sur la péninsule revient à faire un bond de cent ans dans le passé. Il ne faut qu'un peu d'imagination pour voir surgir, au ralenti, la limousine du chinois de l'Amant de Duras au détour d'une promenade sur la rive (note pour les pointilleux: l'histoire de Duras se passe au Vietnam et non au Laos). Nous logeons à côté des baraquements du monastère où les rituels des moines, tout de safran vêtus - rythment notre journée. Les gongs marquent l'aumône du matin au lever du jour puis les lancinants chants de méditation.

 

Si nous en doutions encore, nous voilà parfaitement dépaysés. 

4 commentaires

Karsts à Vang Vieng

Sur notre route vers le nord du Laos, nous faisons étape à Vang Vieng, une petite bourgade aujourd'hui tranquille, mais dont la réputation jusqu'à 2012 fut sulfureuse. 

 

En effet, Vang Vieng attirait jusque là les jeunes du monde entier venus pour faire la fête et pratiquer des sports extrêmes (descente de rivières, sauts depuis les pitons rocheux dans les trous d'eau, ...). Nombre de vies ont été fauchées dans la combinaison des deux (fête + sports dangereux) à tel point que l'armée a fermé en 2012 tous les bars du bord de rive. 

 

Nous louons des scooters, chaussons 5 casques et 5 paires de lunettes de soleil (les mamies apprécieront)  pour découvrir les environs. C'est en sillonnant les pistes poussiéreuses que nous faisons enfin connaissance avec les karsts du Laos. Ces structures géologiques formées par érosion laissent dans le paysage de saisissantes montagnes en pain de sucre, des rivières souterraines et des trous d'eau qui font le plaisir des petits et des grands. 

 

On se croirait dans un James Bond à parcourir des kilomètres dans la poussière, franchir des ponts de bois, zigzaguer entre les vaches, ou autres cochons. 

 

Nos aventuriers ne résistent pas à l'appel des sensations fortes et se jettent du haut des plateformes, des tyroliennes prévues à cet effet. 


Nous sommes rattrapés par un orage dantesque sur le chemin du retour. Coqs, poussins sont mouillés jusqu'à l'os de poulet. 

 

Les passeports, permis de conduire internationaux (et même la recette du poulet au soyo de Calédonie) pendent joyeusement dans notre chambre d'hôtel pour retrouver un taux d'humidité conforme! 

 

9 commentaires

L'oursonne et le bébé macaque

C'est l'histoire d'une petite oursonne dont la maman a été enlevée par des braconniers chinois au Laos. Les chinois soutirent la bile des ours, il parait que çà leur donne de la force aux chinois, l'ours n'y survit pas par contre. 

 

Bouba a été recueillie à trois mois par Christophe qui l'a adoptée et elle vit avec lui depuis trois ans. Récemment, un bébé macaque est né dans la forêt de Christophe et depuis l'oursonne et le bébé macaque jouent ensemble et font les quatre-cent coups. Nous avons eu la chance de les observer, le macaque monte sur le dos de l'ourse qui le promène.

 

Christophe recueille des animaux blessés ou abandonnés, il les soigne dans son parc puis les relâche dans la nature. L'histoire de Bouba est rocambolesque puisque Bouba a failli être volée à son maître qui se bat pour pouvoir la garder avec lui. 

 

Les enfants ont évidemment été très touchés par cette émouvante histoire consultable sur le site de Bouba ici

 

 

3 commentaires

Coup de chapeau

1 commentaires

Le bestiaire de Milo - R comme Requin marteau


Partie scientifique

 

Le grand requin marteau est une espèce de poisson qui vit dans les océans tropicaux et quelques mers. Il peut peser jusqu'à 500 kg pour 6m de longueur. Il est le plus souvent solitaire et son activité est le plus souvent nocturne. Il peut vivre jusqu'à 37 ans. Dans le ventre de la maman il y a 40 embryons. 

 

Ma rencontre

 

On était à kicker rock aux Galapagos en Equateur quand soudain nous avons vu le requin. Il m'a surpris par sa grande taille (environ 4m) et il avait une tête en forme de marteau c'est pour ça que nous les appelons requins marteau. 



1 commentaires

L'hebdo de Lola

 Aujourd'hui je me trouve au Laos.

 

Le Laos est un pays bien différent des autres parce qu'ici la nourriture est délicieuse. Ici les gens savent manger. Ils savent déguster. Ils ne mangent pas seulement pour se nourrir mais aussi pour apprécier la douceur des aliments.

 

On se régale! 

Ici le plat traditionnel c'est le Lap avec plein de saveurs qui se mélangent dans la bouche. Les morceaux de viande coupées au millimètre près, des sauces aux petits oignons. Bref, ici en terme de nourriture on est bons!

 

Mais rien ne remplace les knepflas de mamie...

 

3 commentaires

Sabai-dee Laos

Nous quittons la tranquille capitale Vientiane pour renouer avec les transports en bus. Nous ne les avons pas utilisés depuis l'Amérique Latine. Quatre heures et seulement 80 km plus tard, nous faisons halte dans un village de pêcheurs au bord du lac de Nam Ngum. Les déplacements sont longs et lents, mais nous avons le temps.

 

Nous prévoyons de rejoindre Luang Prabang en une semaine puis de nous y établir pour une bonne semaine. De là bas nous remonterons le Mékong en bateau jusqu'à la frontière Thaï. 

 

Nous fêtons aujourd'hui nos six mois de voyage, voilà donc une demi-année que nous sillonnons routes, mers, airs et autres cours d'eaux. Aguerris, nous le sommes d'avantage, indiscutablement. Nous supportons le chaud, le froid, l'humide, le bruyant ou l'enfumé. Nos estomacs digèrent la chauve-souris, le rat, le grillon, le cochon d'inde, l'épicé ou le franchement mauvais. Dans deux mois et demi nous serons de retour à la maison et nous nous prenons à imaginer nos repas idéaux.

 

En attendant, la vie s'écoule sous une chaleur implacable, au rythme du mythique Mékong que nous suivons sans nous presser. A moins de 100 km, les frontières chinoise, birmane, vietnamienne et thaï nous rappellent qu'il n'y a pas si longtemps la région fut le théâtre d'un important trafic d'opium au sein du fameux triangle d'or. 

 

Nous n'avons pas encore atteint les formations karstiques si caractéristiques du Laos, nous posterons les photos dès que nous y serons. 

 


Depuis notre arrivée en Asie il nous est plus difficile de communiquer. Nous sommes tributaires des connaissances en anglais de nos interlocuteurs. Alors qu'en Amérique latine et dans le Pacifique nous arrivions à échanger dans la langue locale, ici seuls les plus instruits d'adressent aux touristes. Les autres se font timides, se cachent ou au mieux nous saluent d'un sourire.

 

Une couche de complexité supplémentaire s'ajoute depuis le Laos: nous ne pouvons plus lire. En Indonésie les directions et le vocabulaire basique nous étaient abordables car écrits dans l'alphabet latin.

 

 

Le Lao est une langue Tai de la même famille mais distincte du Thaï officiel de Thailande. L'alphabet Lao est proche de l'alphabet Thai, mais plus courbé et contient moins de caractères. 

 

Ici, avec un peu de chance, le lao est traduit en chinois et nous ne sommes pas plus avancés! 


10 commentaires

Easy Riders

Cherchant un moyen optimal de nous déplacer, nous louons aujourd'hui deux scooters pour sillonner la ville. Immédiatement, un vent de liberté souffle dans nos cheveux au vent (oups... j'entends déjà les "Quoi? Pas de casque?"). On roule à droite au Laos (ancienne colonie française oblige), ce qui nous facilite la tâche. 

 

Manu, Anna et Milo chevauchent un destrier blanc cependant que Lola et moi cavalons sur le bleu... 

 

La circulation en ville est très dense. Il se trouve qu'ayant eu vent de notre présence à Vientiane, Xi Jinping (le président Chinois) a décidé de faire un saut. Au passage, il saluera son homologue Lao Boungnang Vorachit au palais présidentiel. De grandes fêtes sont organisées pour l'occasion (tiens, çà faisait longtemps qu'on était pas tombés dans une grosse manifestation!). 

 

Nous apprenons vite à zigzaguer entre les voitures pour nous frayer un passage et retenons ce moyen de transport pour la suite! Les tuktuks ou les voitures de locations sont trop chers et les bus ne sortent pas des grands axes. Tout le monde adore le scooter! Nous terminons la journée au Winstub de Ventiane ou un alsacien fabrique de la charcuterie et sert de la choucroute. 

 

Bon, je vous laisse, on a rendez-vous avec Xi. 

 

 

5 commentaires

Le bestiaire de Milo - P comme Poisson Perroquet


Partie scientifique

 

Les poissons perroquets constituent une grande famille de poissons marins tropicaux. Leur famille est la famille des scaridae et ce sont mes poissons préférés. Leur taille peut aller de 20 à 130 cm pour une moyenne de 30 à 40 cm.

 

Ma rencontre

 

J'étais en Equateur aux îles Galapagos à San Cristobal quand j'ai vu le poisson. J'étais émerveillé. Il était jaune, bleu, rose, vert, orange et il était grand. Il avait un bec de perroquet c'est pour çà qu'on l'appelle le poisson perroquet. 



4 commentaires

Laos

Nous voici donc à Vientiane, capitale du Laos. Un petit million d'habitants, ville très calme au bord du Mékong. De l'autre côté du fleuve, nous apercevons la Thaïlande. 

 

Le Laos a acquis son indépendance suite aux accords de Genève en 1954, après 60 ans de protectorat français au sein de l'Indochine française (qui regroupait principalement les actuels Vietnam, Cambodge et Laos). La ville de Vientiane a gardé des liens culturels forts avec la France et partout des établissements arborent une enseigne francophone. Pour nos papilles, c'est une véritable renaissance après six mois de jachère. Le Laap, plat traditionnel Lao est une explosion de saveurs, on le trouve sur le marché pour un euro. 

 

Le temps de prendre la température du pays (comprendre la monnaie, les déplacements et comment s'alimenter) et nous nous mettrons en route vers le nord du pays après demain. Direction le triangle d'or pour un mois de vagabondage.  

 

Nos filles décident de concert qu'il est temps de changer de tête: elles sortent toutes les deux de chez le coiffeur avec un carré court! Je pleure les nattes de princesses. Une page se tourne... 

 

4 commentaires